Balthasar / Bougies / Fabrication et matières premières

Bougies

Fabrication et matières premières

20141020_14-31-01_rhu_IMG_0_01.jpg

Fabrication et matières premières

Chaque bougie se compose d’une ou de plusieurs mèches et d’une masse combustible solide: la cire. Le mot «cire» est un terme générique recouvrant différentes matières premières.  La cire de bougie peut être minérale, animale ou végétale. Les matières premières les plus couramment utilisées dans la fabrication des bougies sont aujourd’hui la paraffine, la cire d’abeille et la stéarine. Ce sont des matières naturelles qui subissent un traitement complexe pour pouvoir offrir les propriétés voulues.

 

Les différentes matières premières utilisées dans la fabrication des bougies

 

La paraffine, la cire d’abeille et la stéarine peuvent être employées pures ou en combinaison dans la fabrication des bougies. Le prix et la disponibilité des matières premières, leurs possibilités de mise en œuvre sur les machines de fabrication existantes et les caractéristiques ultérieures du produit (à la combustion, par ex.) sont, au final, les facteurs déterminants dans l’emploi des différentes matières premières dans la production moderne de bougies. En raison de ses bonnes caractéristiques de mise en œuvre et de sa disponibilité, la paraffine occupe de très loin une place prépondérante dans la fabrication des bougies.

Aujourd’hui, on prête également davantage d’attention à l’écocompatibilité et à l’utilisation de matières premières renouvelables dans la production des bougies. Dans cette optique, entre autres choses, les fabricants utilisent de plus en plus souvent des graisses végétales ou animales. 

Dans les bougies de haute qualité, ils veillent bien sûr à réduire au minimum les substances toxiques qui pourraient présenter un risque pour l’homme et l’environnement. La pureté des matières premières et des produits est continuellement contrôlée à l’aide de procédés analytiques ultramodernes. Le facteur déterminant pour la sécurité des consommateurs n’est donc pas la matière première utilisée mais sa qualité.

 

Paraffine

La cire de paraffine est un mélange complexe d’hydrocarbures solides (à température ambiante) et ayant la consistance d’une cire. Les paraffines utilisées pour la production de bougies sont tirées essentiellement du pétrole, matière fossile. Le raffinage du pétrole génère un sous-produit appelé «gatsch». Un processus en plusieurs étapes – filtration, déshuilage, hydroraffinage – permet d’en extraire des paraffines ultrapures. Ces paraffines ultrapures sont soumises à un contrôle de qualité permanent et ne présentent pas le moindre risque toxicologique. Ainsi, la paraffine est également utilisée dans l’industrie alimentaire et dans celle des cosmétiques. La paraffine pure est biodégradable.

Les points de solidification des paraffines d’usage courant dans la fabrication des bougies se situent entre 45 °C et 70 °C. Les autres critères distinctifs sont la dureté, la teneur en huile et la viscosité. En raison de leurs propriétés chimiques et physiques, les paraffines conviennent à tous les procédés de fabrication de bougies. Grâce à son étroite collaboration avec les producteurs de paraffine, la société Balthasar est en mesure d’utiliser la paraffine idéale pour chaque produit fini. 

 

Cire d’abeille

La cire d’abeille – la plus ancienne matière première utilisée pour fabriquer des bougies – est un produit métabolique des abeilles mellifères. La cire est secrétée au niveau de l’abdomen des ouvrières et sert à la construction des alvéoles. La couleur et l’agréable parfum de la cire d’abeille se développent au fil du temps, au contact du miel et du pollen. La couleur de la cire d’abeille va du jaune au jaune très orangé et au brun foncé en passant par le vert clair et foncé. Cette cire est fine, matte, très malléable, d’une grande plasticité et collante une fois chauffée. Dans la nature, cette matière première n’est disponible qu’en quantité limitée.

La cire d’abeille naturelle contient une série d’impuretés qui peuvent être éliminées par différents procédés de purification. Souvent, elle est encore soumise ensuite à un blanchiment à l’aide de terre décolorante ou de peroxyde d’hydrogène. Mais comme elle perd du coup sa couleur et son parfum, dans une optique «marketing», les fabricants ajoutent après coup des colorants et des matières odorantes aux cires d’abeille ultrapures. La cire d’abeille blanchie est utilisée pour la fabrication des cierges. Elle sert aussi d’ingrédient dans les mélanges de cires et est employée dans la fabrication de plaques de cire utilisées pour les décorations de bougies (fleurs, rubans, ornements, par ex.). 

 

Stéarine

La stéarine (du grec «stear» – suif) est un mélange solide et cristallin de différents acides gras composé pour l’essentiel de palmitine et d’acide stéarique. Bien qu’elle possède des propriétés proches de celles de la cire, elle n’est normalement pas rangée parmi les cires.

La stéarine est produite à partir de graisses et d’huiles animales et végétales. La principale matière première végétale utilisée est l’huile de palme. Parmi les principales matières premières animales employées figurent le suif de bœuf et de porc ou encore l’huile et la graisse de poisson. Aujourd’hui, les fabricants de bougies utilisent essentiellement de la stéarine végétale.
Le point de solidification de la stéarine se situe entre 52 °C et 60 °C. L’une des particularités de la stéarine est que son point de ramollissement et son point de fusion sont quasiment identiques (dans le cas des paraffines, il y a env. 15 °C d’écart entre les deux points). C’est à cette particularité que les bougies à base de stéarine doivent notamment leur excellente stabilité thermique.  

 

Graisses hydrogénées

 

Les graisses et les huiles naturelles sont des mélanges de triglycérides et de différents acides gras. Ce sont des substances solides, semi-solides ou huileuses.
Le suif a été utilisé très tôt dans la fabrication des bougies. Les procédés anciens employés pour produire le suif ne permettaient pas d’obtenir des bougies de qualité (fumées, gouttes, fortes odeurs). C’est pourquoi, au milieu du 19e siècle, les fabricants abandonnèrent très rapidement le suif au profit de la paraffine ou de la stéarine. Grâce au développement technologique incessant des procédés de production du suif, l’industrie des bougies fabrique aujourd’hui des produits qui gagnent de plus en plus de terrain sur le marché. Commençons par citer l’huile de palme hydrogénée, qui permet d’obtenir des bougies très dures par pressage, élimination des substances mucilanigeuses et hydrogénation (durcissement de la graisse).
Outre leur utilisation dans le domaine religieux (bougies de cimetière, lanternes funéraires), les graisses végétales hydrogénées sont aussi de plus en plus employées dans la fabrication de bougies destinées à une utilisation intérieure. En raison en particulier de leur capacité à lier les parfums, les graisses hydrogénées sont employées notamment dans les bougies en pot de verre extrêmement parfumées.



 

Notre guide bougies – des conseils pour bien utiliser les bougies